Faute de n’avoir pas la bonne information auprès des bonnes personnes, quelques étudiants manifestement manipulés et intoxiqués par des officines toxiques en interne et à l’externe accusent faussement le Directeur Général, le Professeur Émile NGOY d’avoir majoré sans motif valable les frais académiques.

Dieu avait certainement raison de dire que son peuple meurt par manque de connaissance. C’est le moins que l’on puisse dire au vu de la manifestation de colère et de mécontentement tenue ce vendredi 9 septembre 2022 par un groupe de jeunes s’identifiant comme étant étudiants de l’Institut Supérieur de Commerce/Kinshasa. Manifestation professionnellement dispersée par la police juste le long de la clôture de cette institution sans qu’il y ait le moindre incident de part et d’autre (police-manifestants).

D’après l’un des étudiants, interrogé par le reporter de votre média en ligne www.kiosquedafrique.com dépêché sur le lieu, « ils sont descendus dans la rue pour la simple et bonne raison qu’ils ont lu sur les valves des montants de frais auxquels ils ne s’attendaient pas« .

« Nous n’allons nous calmer que lorsque le comité de gestion va revoir à la baisse les frais académiques qu’il a majoré sans raison valable« ; s’écrie-t-il.

« Aussi fausse que gratuite accusation » répond le Conseiller Administratif, le Chef des Travaux MANDEFU. A l’en croire, « il s’agit plutôt d’un réajustement, fruit d’amples discussions au sein du COPA« . Une structure réunissant tous les partenaires dont le personnel scientifique, académique, administratif, ouvrier ainsi que la coordination estudiantine.

« Il y a près de deux mois que ce réajustement avait été annoncé par le Comité de gestion sans qu’i’ n’y ait ces tumultes. Il est malheureux de constater que les détracteurs de ce Comité de gestion choisisse à dessein la journée d’aujourd’hui parce que prévue pour la cérémonie d’inauguration du nouveau bureau du DG doublée de celle de la mise en place du nouveau comité de la Coordination estudiantine« ; fait-il remarquer.

Il faut signaler par ailleurs que loin d’être une décision personnelle du DG à travers son comité de gestion, le Conseiller Administratif fait noter que l’essentiel des résolutions à l’issue des échanges sus évoqués est contenu dans l’instruction académique n°023/MIN ESU/CAB MIN/MNB/BLB/2021 du 6 décembre 2021 portant Directives relatives à l’année académique 2021-2022.

Nous restons persuadés que le Comité de gestion de l’ISC a beaucoup de détracteurs qui sont prêts à tout pour entraver la réalisation des prouesses de son management qui n’a pas le temps de répondre à ces odieux et infâmes desseins ourdis des pêcheurs en eaux troubles qui oublient qu’en faisant tout ça, ce n’est ni à la personne du Professeur Émile NGOY ni à son Comité de gestion qu’ils rendent un mauvais service, mais à toute la Communauté scientifique, aux étudiants studieux ainsi qu’à leurs parents. Car, comme l’attestent plusieurs communiqués d’autres institutions universitaires publiques à travers la ville relatifs au réajustement, mieux sur l’adaptation au taux du jour par rapport à celui des années antérieures compte tenu du pouvoir d’achat.

Les étudiants d’aujourd’hui étant l’élite appelée à prendre la relève demain, devraient éviter de se faire manipulés au gré des appétits sordides et mesquins des individus qui ne pensent qu’à eux-mêmes. L’ISC est l’une des institutions à avoir réajusté les frais académiques de manière à faciliter à toutes les bourses de s’acquitter de cette obligation qu’il n’y a pas lieu de vouloir diaboliser pour des raisons inavouées, le DG et son comité de gestion qui du reste fond un travail de titan dont la réfection de tout le bâtiment administratif, des auditoires, l’entretien des lactrines voire de la cour et d’autres espaces.

Dieu merci KANDA MPOYI.